Suite au grave incident à l’école de Villeneuve de Blaye le 5 mai 2014 un collectif réuni à l’initiative d’Henri Plandé – enseignant et élu local – et rassemblant des riverains, des enseignants, des agriculteurs, des élus locaux a décidé d’organiser une réunion publique sur la question des pesticides en Haute Gironde.

Cette réunion s’est déroulée à Gauriac le 7 juillet 2014.

Elle a rassemblé près de 200 personnes : simples citoyens, riverains d’exploitations, agriculteurs conventionnels raisonnés ou bio, membres d’associations mobilisées contre les pesticides (Phytovictimes, collectif du Médoc, collectif de Léognan), responsables de la profession viticole ou des institutions du vin,syndicalistes (Confédération paysanne).

Après la projection du film  « La mort est dans le pré » d’Eric Guéret (disponible sur le net ici ) un débat très fourni a permis de donner la parole à une trentaine de participants : adversaires acharnés des pesticides, citoyens inquiets, ou viticulteurs défenseurs d’une agriculture conventionnelle. Si plusieurs interventions étaient très engagées et polémiques, le débat est resté courtois et respectueux des personnes et la parole a été donnée à tous ceux qui la demandaient, contrairement à ce que certains ont dit à la presse par la suite.

Plusieurs interventions ont rappelé que l’enjeu n’était pas de faire le procès des viticulteurs mais de mettre tout en œuvre pour aider ceux-ci à changer leurs pratiques, à abandonner les produits phytosanitaires de synthèse, très souvent cancérigènes et perturbateurs endocriniens pour pratiquer une agriculture saine. L’inquiétude face au pouvoir de lobbying des firmes phytosanitaires et face à la faiblesse des réactions des pouvoirs publics s’est largement exprimée. Le plan écophyto notamment ne semble pas à la hauteur de la situation. Le rôle de la MSA a été mis en cause pour l’absence d’aide voire les obstacles mis sur le chemin des agriculteurs qui tentent de faire reconnaître leurs maladies professionnelles.

Hasard du calendrier, au même moment l’Assemblée Nationale entamait la discussion d’un projet de loi sur l’avenir de l’agriculture. Un texte réglementant l’usage des pesticides autour des lieux sensibles (écoles, hôpitaux…) est en discussion.