©iStock

En collaboration, l’association Eva Pour La Vie et le Collectif Info Médoc Pesticides ont fait réaliser une analyse des poussières prélevées dans des habitations et une salle de classe du Médoc. Les résultats sont sans appel. 100% des lieux testés sont contaminés par des pesticides viticoles, et dans chaque lieu sont détectés des résidus cancérigènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens, y compris des molécules interdites (diuron, metalaxyl, mepanipyrim, flusilazole) Ce sont entre 11 et 21 résidus qui sont présents dans chaque lieu. Dans les habitations situées entre 5m et 500m des vignes, sont détectés en moyenne 11 reprotoxiques, 6 cancérigènes et 5 perturbateurs endocriniens. Dans la salle de classe de l’école primaire de Listrac-Médoc sont détectés 15 résidus de pesticides dont 10 reprotoxiques, 6 cancérigènes et 4 perturbateurs endocriniens. 3 molécules interdites également : Mepanipyrim interdit depuis avril 2017, Metalaxyl interdit depuis 2005 et Diuron interdit depuis 2008. Les riverains participants ont répondu à un questionnaire afin de bien connaître leurs hypothétiques utilisations personnelles de produits chimiques, il en ressort que les  molécules détectées ne proviennent que d’un usage viticole. Tout le détail de cette enquête est ici : Rapport-Enquete-HAPPI

Par ailleurs, à découvrir dans la vidéo ci dessous, les résultats d’analyses de terre prélevée dans des cours de récréation d’écoles primaires du Médoc.